Illustration : Lauréat du grand Prix du roman métis

Romans

L'AMAS ARDENT DE YAMEN MANAI - LAURÉAT DU GRAND PRIX DU ROMAN MÉTIS -

Francine George -

Déjà lauréat du prix des cinq continents de la Francophonie, L'amas ardent a également séduit le jury du Grand prix du Roman Métis. À la fois fable écologique, enquête policière, conte philosophique, et surtout un pur joyau. Ce roman subtil, plein d'humour et de poésie, met le doigt sur les excès dévastateurs dont chaque coin du monde peut en être la victime.

 

L’amas ardent, dont on comprend le sens au détour du roman, nous fait découvrir un  personnage très attachant : l’apiculteur Don, un ascète, qui voue un amour inconditionnel à ses " Filles " :

" Il vivait avec elles une relation fusionnelle et ne portait quand il les visitait aucune protection. Elles ne le piquaient jamais quand elles se baladaient sur ses mains, se laissant caresser leur abdomen strié de lignes d’or et de miel tout dodu : un corps aussi fin et doux qu’un pouce de bébé, des pattes délicates légèrement velues et des ailes qui scintillaient tels des diamants quand le soleil inondait la campagne de Nawa ".

 

Don lève le voile sur  la manière de cajoler ses abeilles, et chante les louanges de celles qui, à l’heure d’aujourd’hui, sont menacées de disparition alors qu’elles sont  responsables de la vie.

 

Dans ce pays imaginaire qui ressemble fort à la Tunisie après " le printemps arabe ", la beauté de la nature est exhalée comme une fleur rare au parfum délicat jusqu’au moment où des frelons, venus d’ailleurs, viennent saccager l’une des ruches de Don. Commence alors une enquête à la recherche du coupable, et surtout d’une solution de protection qui conduira l’intrigue jusqu’au pays du Soleil levant.

 

Cette attaque barbare fait écho à la montée en puissance des religieux fanatiques qui exercent leur pouvoir jusque dans le village de Nawa. La fable prend des accents de témoins de notre temps lors de l’intrusion des monarchies du golf ou lors de la campagne électorale des premières élections libres : " Les villageois étaient tout chamboulés. Pour la plupart, ils n'avaient même pas choisi leur conjoint qu'il leur fallait aujourd'hui choisir par qui ils allaient être gouvernés. "

 

Le personnage de Don éclaire le récit comme la lumière fragile d’une bougie sur un tableau de Vermeer. La défense vigoureuse de la liberté, le respect des vies humaines et le respect de la nature, source de vie, la lutte contre les forces de l’argent et contre l’obscurantisme religieux inscrivent L’amas ardent dans une prise de conscience aiguë à portée universelle.

 

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !