Illustration : Salazie
Illustration : SalazieIllustration : Salazie

Réunion

Île de La Réunion - Salazie

BAT'CARRE N°3 | Texte Francine George - Photo Hervé Douris -

Derrière la beauté du site, se cache l'histoire tragique de l'évolution de l'île gouvernée par ses entrailles volcaniques. Mystère et magie se conjuguent encore à l'heure d'aujourd'hui pour offrir à ceux que le regard enchante des points de vue inédits.

Mystères de la nature

Le piton d’Anchaing veille comme un ancêtre sur le cirque de Salazie. Mais quelle est son histoire ? Un mystère non élucidé dont René Robert, directeur scientifique du dossier de candidature au patrimoine de l’UNESCO, nous laisse entrevoir différentes hypothèses. De tout temps, René Robert a pratiqué des rencontres sur le terrain soit avec ses élèves lorsqu’il enseignait la géographie - et beaucoup de Réunionnais en gardent l’heureux souvenir - soit avec des groupes d’adultes intéressés par l’expertise qu’il sait transmettre avec une générosité de vue et de propos.
C’est un peu comme si nous y étions. René Robert nous donne rendez-vous tout d’abord à l’entrée du cirque pour nous raconter l’histoire des nuées ardentes. Puis, en plein milieu du cirque où le Piton d’Anchaing expose son profil impérial et enfin, sur le chemin du retour sur le site magique du voile de la mariée.

Beauté d’un village 

Bambouseraies, chouchous à flanc de rempart et cressonnières nous accompagnent sur la route sinueuse qui relie la côte au célèbre village d’Hell- Bourg. Encore quelques virages, cette fois bordés de platanes, et nous y sommes. La rue principale est toujours animée, même le dimanche, car les boutiques restent ouvertes. Partout, les rues transversales regorgent de jolies maisons fleuries, même le cimetière est joyeux.  L’âme paisible du village donne un regain d’énergie. Les promenades sont multiples jusqu’en bas de la rivière où quelques pierres témoignent d’un passé thermal, ou jusqu’au belvédère du gîte de Bélouve qui offre de belles fenêtres panoramiques. C’est aussi le point de départ de multiples randonnées dans les cirques en s’imprégnant de paysages grandioses.

Vies de labeur

Et dans cet environnement d’une grande beauté, une partie de la population vit du tourisme et l’autre de l’agriculture. Un métier exercé de père en fils avec les mêmes contraintes physiques même si la modernité est passée par là. Ils nous racontent quelques scènes de leur quotidien dans cet environnement ardu. Le projet de basculement des eaux d’est en ouest risque fort de changer leur manière de travailler. Interdiction d’utiliser des pesticides et transfert des animaux sur le seul abattoir de l’île à Saint-Pierre.

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !